Journée Scientifique EFPP SR 02 novembre 2019

Journée Scientifique co-organisée avec l’ARPAG

MALAISE DE LA COLLECTIVITÉ, MALAISE DE LA PSYCHE

Samedi 2 novembre 2019, UNIL, Lausanne

Avec les interventions de:

Prof. Laurence Kaufmann, Sociologue, UNIL, Lausanne

Prof. Georges Gaillard, Psychanalyste, Université Lumière Lyon 2Affiche JSc 2019

Toutes les informations en cliquant ICI

Argumentaire de la journée:

La crise des modèles économiques, politiques, technologiques, sociaux et culturels que vit notre société contemporaine, ouvre la porte à des expressions nouvelles du « malaise dans la culture ». Elle constitue également le berceau de réorganisations sociétales, dans lequel le vertige de la globalisation cohabite avec le renouveau d’un contact de proximité.

Une sociologue et un psychanalyste partageront avec nous leur regard sur les symptômes d’une telle souffrance et leurs répercussions individuelles et collectives. Que peuvent la psychanalyse et la sociologie face au « malêtre contemporain » ?

Pour Laurence Kaufmann, le grand récit néolibéral qui promeut l’idéal d’un sujet autonome est potentiellement subjectivant : il encourage le « moi » à se positionner en tant qu’être moral, prêt à endosser la responsabilité de ses actes et à cultiver le souci de soi. Mais un tel récit peut également devenir pathogène si l’individu est mentalement et socialement fragilisé.

Nous trouvons trace de ce « malêtre » contemporain dans nos cliniques, dans les demandes individuelles de psychothérapie, comme dans celles d’interventions dans les institutions.

Pour Georges Gaillard : « Prendre la mesure des bouleversements en cours et de la manière dont ils modifient les psychés et les liens sociaux, contraint chacun à se doter de méta-hypothèses, afin de stabiliser le vertige qui menace les individus ²un par un²comme il menace les groupes sociaux. La crise met à nouveau en tension, la tentation du désinvestissement, et le travail de Civilisation requis ».

Lors de cette journée nous voulons interroger les transformations des métacadres sociaux et culturels à l’origine des différentes expressions du « malêtre » qui accompagne notre société, dans ses composantes intra- inter- et trans-subjectives.